L'autonomie alimentaire: un argument réaliste?

Ceci n'est pas un logement

L’un des arguments référendaires critique la diminution de l’autonomie alimentaire du canton de Genève. Malgré la grande proportion des terrains alloués à l’agriculture, le canton n’est de très loin pas autonome du point de vue alimentaire.

En réalité, l’élément qui assure la prospérité du canton et le bien-être de ses habitants est le développement d’activités économiques à haute valeur ajoutée.

Freiner le développement en refusant les déclassements raisonnables n’est donc pas une solution pour les Genevois, et pourrait accroître la forte pénurie de logements et le risque de chômage.